En pratique, le sarking

En pratique, le sarking

Une pose minutieuse et en plusieurs étapes est nécessaire concernant le sarking. Peu importe l’isolant choisi, la mise en œuvre du sarking couche après couche est toujours longue.

– Il faut tout d’abord fixer le parement inférieur aux chevrons, parement qui va alors recevoir l’isolation et servir de « plafond » aux rampants. Si de nombreux parements (plaques de plâtre hydrofugées coupe feu, panneaux de contreplaqué CTB-X etc.) sont possibles, ils doivent néanmoins rester rigides, résistants au feu et suffisamment épais.

– En région montagneuse, un écran d’interposition ou pare-vapeur est nécessaire, lequel servira à recouvrir le parement. Un adhésif particulier permettre d’étanchéifier soigneusement les raccords alors que les lés sont déroulés horizontalement. Ecran d’interposition qui devient facultatif lorsque l’on passe sous les 900 mètres d’altitude (en plaine).

[button color=”orange” size=”medium” link=”https://www.isolation-toiture.fr/devis-gratuits/” ]Devis isolation toiture gratuit[/button]

[box type=”warning” ]

Important : les panneaux de polystyrène, posés en une épaisseur, ne sont pas concernés par cette disposition quelque soit le cas de figure. Les dossiers techniques des professionnels, validés par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) ne mentionnent en aucun cas un écran d’interposition. Celui-ci devient une obligation si la couche isolante est doublée selon le guide « Couvertures en climat de montagne » du CSTB.

[/box]

– Les panneaux isolants viennent se poser sur l’écran sans déplacer ou plisser ce dernier. Un principe est toujours à respecter : éviter les ponts thermiques. Une disposition en quiconce, à joints alternés ou serrés, permet cela. Une rangée ur deux commence par un demi-panneau. Les travaux se déroulent à partir de l’égout de toit et de bas en haut. On avance de la sorte d’une rive à l’autre, jusqu’au faîtage.
– L’ensemble peut être recouvert par un écran de sous-toiture (type membrane, voile étanche, film à face réfléchissante etc.). Différents paramètres sont à prendre en compte tels que la présence ou non d’une ventilation adaptée, la compatibilité avec l’isolant et son mode de pose etc.
– Le tout sera alors maintenu grâce à des contre-lattes vissées ou clouées au droit des chevrons. L’espace de ventilation en sous-face de la couverture sera déterminé par l’épaisseur des éléments en bois (cf le guide du CSTB « Dimensionnement des bois supports de couverture en petits éléments »). Une norme (norme NF EN 27-95) réglemente le choix, les espacements ainsi que les dimensions des fixations.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici