Home / Bon à savoir / Matériaux de toiture: le toit métallique

Matériaux de toiture: le toit métallique

Le zinc, le cuivre, l’acier et l’aluminium sont les matériaux principaux de la couverture métallique. Cette dernière, en feuilles ou en plaques, est une alternative très intéressante car légère et solide. De plus, elle s’adapte à toutes les pentes de toiture.

L’industrialisation moderne, au 19e siècle, remet au goût du jour la toiture métallique. Relancé depuis peu en France, le zinc, l’acier et le cuivre couvrent nombre de nos bâtiments publics et commencent à intéresser les particuliers, de par leur légèreté et leur résistance. Le métal offre également la particularité de s’adapter à n’importe quelle pente de toit, même faible.

Devis isolation toiture gratuit

La fabrication

La couverture métallique de toit existe sous 2 formes :

– En feuilles : elles sont issues de métal laminé, découpé et façonné. Leur longueur est de 2 mètres pour des largeurs allant de 50 cm à 1 m sur une épaisseur de 1 mm environ. On dit “bande” ou “longue feuille” quand il s’agit d’un revêtement haut de plus de 2 mètres. Ces feuilles sont souples et ont donc besoin d’une fixation.

– En plaques : ce sont des feuilles métalliques ondulées ou nervurées. Elles profitent d’un traitement de protection, parfois d’une décoration dans la finition.

Les différents métaux

– Le zinc : c’est le métal le plus usité. Il se travaille aisément à chaud et son rendu visuel bleu-gris est très esthétique. L’humidité, bien qu’elle ternisse un peu son aspect, interdit l’oxydation en le couvrant d’une pellicule protectrice, le rendant de par-là même solide et résistant. Par contre, le zinc redoute les fumées des chaudières au fioul et ne peut être en contact avec le ciment, l’acier et le cuivre.

– L’acier : il est un alliage de fer et de carbone, donc il rouille. Afin qu’il n’est pas tendance à rouiller, un traitement doit être appliqué avant qu’il devienne un revêtement, par une laque cuite au four ou un bain de zinc en fusion. L’alternative est l’acier inoxydable.

– Le cuivre : il sert bien souvent sur les toits dans la construction de bâtiments. Une couche protectrice s’installe au contact de l’air et de l’humidité, il s’oxyde donc et passe du rouge au vert-de-gris.

– Les autres matériaux sont l’aluminium, très peu usité, et le plomb, s’effaçant peu à peu du marché à cause de son effet néfaste sur l’environnement.

La pose

Les feuilles et les plaques sont cloutées, vissées ou rivetées sur des planches de bois (sapin ou peuplier). Le support en mortier de ciment est uniquement réservé à l’acier inoxydable et le cuivre. Les parties s’agencent entre elles avec des pattes d’attache, des tasseaux ou par pliage des bords.

Un couvreur professionnel certifie un travail de qualité !

Le prix

Les tarifs indiqués sont hors pose.

– Le zinc : 30 € minimum le mètre carré.

– La plaque de tôle ondulée en acier : 10 € le mètre carré pour l’entrée de gamme.

L’entretien

Confié à un professionnel, ce dernier contrôlera l’état des feuilles ou des plaques, la bonne évacuation des eaux, enlèvera les mauvaises herbes et avertira si un besoin de réfection est nécessaire. Il est recommandé de faire contrôler une fois par an. Il faut savoir qu’un bon entretien permet une durée de vie de la couverture de plus de 100 ans.

Scroll To Top